CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: Le Pavillon Du Bonheur provisoire - Bruxelles
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

mardi 29 avril 2008

Le Pavillon Du Bonheur provisoire - Bruxelles


Étonnante exposition, étonnante architecture surtout ! Comment mieux représenter avec ironie les grandes manifestations populaires, surtout lorsqu’elles se déroulent en Belgique, qu’avec un empilement de caisses de bière ? C’est ce qu’a osé l’équipe qui a relevé le défi de faire une exposition commémorative de l’exposition universelle de Bruxelles de 1958. Il faut voir cela, c’est époustouflant, pas moins de 33000 caisses auront été nécessaire pour ce lego géant.
Au pied du célèbre et imposant Atomium, le bâtiment qui a lui seul mérite la visite, dont la simplicité n’égale que l’ingéniosité, abrite une petite exposition sur les expositions universelles. Le propos est simple et clair, efficace. Les témoignages sonores notamment, le système de double projection des bandes d’actualités de l’époque et du même film commenté par un analyste actuel, tout cela est original et efficace.
Dommage que, malgré un prix d’entrée non négligeable pour le grand public, et malgré le peu de dispositif présent, la moitié de ceux-ci ne fonctionne pas après 15 jours d’ouverture... C’est le revers de la médaille d’une opération montée trop rapidement. De même, le propos de la salle de projection cède trop facilement à son dispositif. Au-delà du sensationnel - une projection dans un cube à 5 faces, cela fait toujours son effet -, le contenu consiste en une succession d’images et de quelques propos inaudibles. Tout cela n’est pas fait pour apprendre grand chose, simplement pour confirmer quelques représentations déjà largement diffusées ailleurs (et même dans l’exposition elle-même, puisqu’on peut revoir des images déjà vues sur les bornes audiovisuelles de la salle précédente). Bref, encore une fois, on peut regretter que l’absence de recherches initiales approfondies laisse place à l’unique impression visuelle. Mais il est vrai que nous sommes dans l’esprit des expositions universelles : avant tout du tape à l’œil.
À voir jusqu’au 19 octobre.
Pour en savoir plus : http://www.atomium.be

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget