CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: Et si on parlait d’autre chose à la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration ?
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

samedi 26 juillet 2008

Et si on parlait d’autre chose à la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration ?


Comme lors de sa sortie des expositions permanentes, le visiteur s’interroge après sa visite de l’exposition temporaire. En effet, c’est en réalisant que l’on a affaire à la Cité nationale de l’Histoire de l’immigration, et non pas à la Cité nationale de l’immigration, comme on le dit souvent trop rapidement, que l’on comprend que tout sujet contemporain, par nature plus difficile à traiter et politiquement sensible, soit écarté. L’irritation que l’on a d’abord ressenti s’estompe alors pour mieux appréhender le projet et l’apprécier.
C’est un peu la même chose qui s’opère avec l’exposition temporaire. On va voir une exposition sur l’exposition coloniale de 1931 et l’on ressort en comprenant que l’on a vu une exposition sur Les étrangers au temps de l’exposition coloniale de 1931. Bref, l’exposition elle-même est assez peu présente, et ce n’est donc pas le sujet qui est manqué, mais le titre de l’exposition qui trop vite lu prête à confusion.
Ceci étant dit, l’exposition présentée est très réussie, fort belle avec sa scénographie incisive. Pour ce qui est du fond, on a un peu l’impression de revoir le même contenu que pour le permanent, mais abordé autrement. L’attente initiale d’un propos décapant, puisque Jacques Hainard est le commissaire général, s’avère un brin déçue. Hormis une fin d’exposition, du reste en trompe l’œil, assez impertinente car trouble dans son interprétation, symbolisée par une cocotte minute sous vitrine, le propos est certes intéressant, mais assez convenu.
Remarquons que le pari d’un public nouveau dans ce lieu semble néanmoins réussi, tant les visiteurs nous paraissent à chacune de nos visites réellement différent de ceux rencontrés généralement dans les autres expositions. Une impression que les enquêtes devront cependant confirmer.
A visiter également le très beau site internet du lieu.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget