CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: Repartir à zéro: comme si la peinture n’avait jamais existé.
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

lundi 1 décembre 2008

Repartir à zéro: comme si la peinture n’avait jamais existé.

En effet, le traumatisme de la guerre, l’horreur des camps et les abominations nazies, rendent toute démarche artistique désormais un peu vaine et puérile. Malgré tout, comme le déclame Olivier Py à propos du drame lyrique dans Les Illusions comiques, tout pourrait continuer comme avant, sauf le théâtre ? Tout pourrait reprendre vie, sauf l’art ? La question est la même pour la peinture, le cours des choses retrouverait ses droits, sauf le geste de l’artiste confronté désormais à la finitude et à l’absurdité ? La thèse tenue jadis dans Le Château de Barbe bleue par Georges Steiner se défend, mais Olivier Py a également raison, pourquoi faudrait-il abdiquer tout élan de beauté sous prétexte que la monstruosité s’est manifestée ? Cruelle question qui s’exprime ici par la peinture. Hélas, les mauvaises langues pourront faire remarquer qu’en ce qui concerne les arts plastiques la déconstruction et le refus de s’approprier un métier, désormais perdu, pour reprendre les mots de Claude Levy-Strauss, avait été bien antérieur. Simplement il n’est pas possible de le dire car les mêmes ont été stigmatisé comme marqueurs de l’art dégénéré, dès lors comment serait-il possible de les confronter et de les contredire sans paraître épouser le camp des assassins ? C’est donc au silence qu’est condamné l’homme moderne, prêt à tout voir, à tout accepter, du moment que la signature de l’artiste en légitime l’expression. Ainsi, devra-t-on visiter cette exposition avec un grand recueillement, même si la plupart des propositions sont d’une vacuité manifeste, mais comme cela exprime un air du temps décomposé, l’artiste a par conséquent toujours raison. Cet art de l'immédiat après-guerre est, sauf exception, un Rothko ici ou un Soulages là, d’un profond ennui et d’une grande laideur, mais il annonce en cela notre monde avec beaucoup de talent. A voir au musée des beaux-arts de Lyon jusqu’au 2 février 2009.


Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget