CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: De Marquéze à Marquéze
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

dimanche 22 février 2009

De Marquéze à Marquéze

L’écomusée de la Grande Lande de Marquèze figure parmi les lieux mythiques de l’écomuséologie, puisqu’il compte parmi les premiers sites (inauguré avant même l’invention du mot écomusée d’ailleurs !) dans la lignée des musées de plein air, et installé au coeur du parc naturel régional des Landes. Sur l’airial traditionnel, le village présente les maisons et les fonctions de celles-ci, les usages et comportements de leurs habitants. Lové au coeur de la forêt, l’attrait réside aussi pour les familles par le mode d’approche, puisque cela suppose une ballade préalable en forêt au moyen du petit train qui y conduit.

Les contenus demeuraient cependant un peu faibles, et surtout le lieu présentait un visage un peu passéiste des Landes. Pour palier à ce reproche, l’écomusée à inauguré il y a presque un an maintenant un pavillon moderne, placé sur le lieu d’accueil du public, avec des réserves modernisées, des bureaux et des salles d’expositions temporaires et permanentes. Une très belle exposition propose de découvrir les Landes, leurs représentations pas toujours positives, et les activités actuelles sur le territoire. Les questions délicates sont abordées, fait habituellement trop rare dans les musées d’ethnographie pour ne pas mériter de le souligner ici. L'assemblade propose un forum virtuel entre visiteurs pour inciter aux débats sur les choix à faire sur le territoire pour l'avenir. Véritable exposition de synthèse, ce centre d’interprétation est ingénieux et dispose d’une scénographie attrayante. Reste quelques aménagements à faire pour conduire les visiteurs jusqu’au bâtiment et à les convaincre d’y consacrer du temps, et de ne pas se contenter de la ballade en extérieur. Saluons en tous les cas ce travail, qui participe d’une nouvelle phase pour ce type de musées créés il y a une quarantaine d’années et qui commencent à se rénover progressivement.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget