CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: janvier 2009
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

samedi 24 janvier 2009

Le MoMA nous relaxe

Belle et prestigieuse rénovation que celle du MoMA qui comme son voisin le New Museum invite le visiteur à venir faire une expérience architecturale. Sur les pas initié par le Guggenheim avec l’architecture de Frank Lloyd Wright inauguré en 1959, puis par Beaubourg plus tardivement, les musées du monde initient ainsi un nouveau rapport à l'institution. Il s’agit moins de se confronter à l’art dans un rapport de contemplation - délectation que de vivre intensément une expérience collective qui marie le spectaculaire au sensationnel. Ce n’est donc pas un lupanar géant que l’on peut voir ici, mais un vaste lit où les visiteurs allongés pourront se reposer et contempler à loisir un environnement en mouvement, surfant sur les vagues d’images qui invitent aux rêves, à la fusion où à une poésie d’une nouveau genre. Le film de The Donald B. and Catherine C. Marron est particulièrement évocateur. Le lieu est sans conteste magnifique, on passe un moment délicieux, malgré la foule qui s’y presse et s’il vous reste quelques temps, n’oubliez pas qu’il y a aussi des peintures fameuses à voir !

lundi 19 janvier 2009

Château des Ducs de Bretagne : musée d’histoire de Nantes

Belle réalisation nantaise, le musée d’histoire du Château des Ducs de Bretagne est certes assez classique dans ses formes scénographiques, signées par Jean-François Bodin, sobre et soigné, le lieu propose un parcours cohérent de l’Antiquité à la période contemporaine, en une trentaine de salles, démultipliant les techniques de médiation de manière efficace. Les bornes interactives, les cartes et dispositifs multimédia sont particulièrement pertinents. Le lieu est bien mis en valeur (notamment l'escalier évidé du bâtiment des Jacobins) dialoguant agréablement avec les expositions. La partie contemporaine sur le développement urbain, les chantiers navals, l’industrialisation et la métamorphose actuelle de la ville sont avantageusement traités. Nous avons beaucoup aimé l’installation de Pierrick Sorin, enfant du pays mais descendant surtout de Mélies, qui conclut le parcours, l'artiste proposant une lecture subjective de son histoire de Nantes. Art contemporain, témoignages ethnographiques et documents d’archives sont mariés efficacement pour conduire le visiteur dans sa découverte de la ville. Le lieu a reçu le label tourisme et handicap et propose un programme dense d’activités pédagogiques et d’ateliers pour les scolaires.

http://www.chateau-nantes.fr/

Le site de Pierrick Sorin :http://www.pierricksorin.com/  

samedi 17 janvier 2009

Wim de cochonnailles en cochonneries

Sensations à la galerie d’art de l’UQAM  de Montréal où l’exposition de l'artiste belge Wim Delvoye présente sa nouvelle machine à fabriquer de la merde, Cloac n°5, comme une célèbre marque de parfum. La chose pourrait avoir toute sa place dans une exposition de sciences comme performance technique, mais c'est ici pleinement le caractère artistique qui est revendiqué. “Beau monde au vernissage qui vient acclamer la prouesse comme au lever du roi les courtisans admiraient le pot de chambre”, remarque avec malice un des convives un brin critique ! Subtile alchimie qui transforme de fins mets préparés savamment par de grands chefs en étrons plus ou moins bien digérés, et la bonne société de s’ébaudir en choeur. L'allégresse est générale,  réveillant peut-être les pulsions les plus primaires de l’Homme. La conservatrice  s’extasie après quelques temps de digestion : “ça y est la machine l’a faite !”, comme ces jeunes mères qui montrent les couches du dernier né avec fierté.

Ce qui est étonnant ce n’est pas l’idée provocatrice de l’artiste qui nous a habitué à de telles facéties, et qui au final ne fait que refléter la production de merde généralisée de nos sociétés, visible dans l’alimentation, en architecture ou en art, c’est la complicité d’un monde qui comme dans les comédies de Molière est prêt à avaler n’importe quoi du moment qu’on le justifie par une savante prosodie, en convoquant si possible Foucault, Lyotard, Derrida ou quelques autres. C’est fou ce que les intellectuels peuvent servir de caution dans l’art contemporain pour nous faire gober n’importe quoi quitte à ce que l’on fabrique ensuite de la merde intellectuelle avec.  Quand à l’art lui-même cela fait longtemps déjà qu’on a tiré la chasse !

lundi 12 janvier 2009

Voyage de l'année entre Seine et Marne

Voyage d’étude dans les pays de Seine et Marne pour les étudiants du Master 2 cette année. Etudier et comprendre les politiques culturelles mises en oeuvre par un département au profil contrasté, partagé entre zones rurales et villes nouvelles de la grande couronne parisienne. Un peu un mariage de la carpe et du lapin ! Comment impulser des logiques de rapprochement, comment faire évoluer les institutions, comment faire se rencontrer les publics ? Ce voyage a été bien rempli et ingénieusement organisé grâce à l’aide d’une ancienne étudiante, aujourd’hui administratrice des Concerts de poche, une structure de diffusion qui fait un magnifique travail sur le territoire. Rencontres avec les directeurs de structures, le Président du Conseil Général, les directeurs de services, les compagnies implantées... Les étudiants de muséologie et patrimoine ont pu faire connaissance avec le château de Blandy-les-Tours, le musée de préhistoire d’Ile de France à Nemours, la ville d’art et d’histoire de Noisiel... Une façon d’ancrer sa réflexion dans les réalités territoriales et de comprendre la logique des acteurs, une démarche essentielle dans une formation...

mercredi 7 janvier 2009

Pélerinage à Anacostia !



Anacostia muséum fondé en 1967 par John Kinard fait figure de pionnier dans le monde de la muséologie communautaire. C'est un lieu culte pour ceux qui s'intéressent à la question. Musée de voisinage, pour reprendre l’expression consacrée, implanté dans la banlieue de Washington, il travaille avec les populations des communautés noires environnantes pour présenter l’histoire de ceux avaient jusque-là été trop souvent oubliés par les institutions culturelles. Le lieu a été rénové en 2002.
Toutefois, si l’exposition présente les différents aspects de la culture populaire, ce sont davantage les aspects historiques, et très peu les aspects contemporains, contrairement à un autre musée de la Smithsonian, ouvert récemment, le National Museum of the American Indian. Ce dernier donne une grande place à la présentation des peuples autochtones, par eux mêmes, avec des curators associés, et pour traiter des problématiques actuelles rencontrées par ces populations. Même si les aspects les moins lisses sont comme toujours évacués et que l’on ne s’apesantit pas sur les questions qui fâchent, donnant à voir un visage très consensuel et positif des communautés, il demeure que le musée participe ainsi de sa mission sociale, mais aussi culturelle en favorisant la tolérance et l’ouverture à l’altérité. Il ne s’agit pas seulement de nourir une fierté, mais par le musée d’être un lieu d’ouverture des esprits. Une très belle réalisation à ne pas manquer, un vrai musée d’ethnologie comme on aimerait en voir plus souvent...

Une erreur est survenue dans ce gadget