CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: septembre 2009
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

mercredi 23 septembre 2009

Et Jane dans tout ça ?

Bon, c’est au tour de Tarzan. Après Tintin, Haddock, Astérix, Mortimer, Alix ou Gaston Lagaffe et en attendant Picsous au Musée de la Monnaie ou peut-être Titi et Grosminet au Muséum, voici que le Musée du Quai Branly nous gratifie d’une exposition sur le héros de la jungle. Il faut dire qu’il est bizarre ce type, super héros, mi-viril mi efféminé, sauvage face à la Civilisation et civilisé devant les sauvages, défenseur des victimes à coups de muscles et de tour de force... Bref, notre homme sauvage hésite entre être GI ou Saint François d’Assise ! Il y aurait sans doute beaucoup à dire si on voulait faire une analyse idéologique des contenus des multiples versions imagées et filmées de l’homme des bois. C’est ce que cherche à faire l’exposition, mais de manière assez prudente et à demi-mots. Car nous n’avons pas ici le résultat d’une véritable recherche, à la manière de Cannibales et Vahinés, exposition présentée jadis au MAO, mais une exposition en demi-teinte, avec des éléments disparates, mal contrôlés, dont le fil narratif semble incertain. Passons sur le parcours enfant qui frise le n’importe quoi, avec un discours politiquement correct sur le développement durable que l’on pourrait coller dans n’importe quelle expo tant nous sommes loin du sujet traité, mais même le discours principal est suspect. On veut nous faire croire que Tarzan est un apôtre de la nature et on nous sert l’homme en train de balancer des tigres contre des rochers, on veut nous le faire apprécier humaniste quand il bousille des sauvages en bon blanc qui sait prendre parti. L’homme semble plutôt colporter les stéréotypes occidentaux que les dénoncer. Bref, le propos est loin d’être convaincant, et si l’on n’est pas un amoureux de la gentille brute qui semble pourvu d'au moins deux neurones on ne voit pas trop ce que tout ça vient faire dans ce musée. Enfin, cela fait sans doute recette puisqu’on peut se faire photographier devant un bel orang-outan en peluche, et ça c’est chouette !!

Une erreur est survenue dans ce gadget