CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: novembre 2009
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

jeudi 19 novembre 2009

Helvetia Park


A son habitude le Musée d’Ethnographie de Neuchâtel mets les pieds dans le plat, mais pas là où on l’attend. En s’attaquant au débat sur l’identité nationale, version helvétique, il ne se demande pas s’il faut où non élever des minarets sur les montagnes pour permettre aux croyants de se rapprocher des cieux, ni d’épiloguer sur la façon d’être Suisse dans un univers mondialisé. C’est la notion de culture elle-même qui est passée au crible, dans une fête foraine iconoclaste et joyeuse. Télescopant culture légitime et populaire, interrogeant les usages sociaux, mais aussi économiques, l’exposition désarçonne et prend le visiteur à contre-pied. Et si l’on s’amusait de toutes ces questions sérieuses ? Et si ces questions n’étaient pas aussi graves qu’on le prétend ? Le visiteur se grattera la tête en sortant, l’exercice est trop déroutant pour nos besoins de catalogages. Le pied de nez, à ce sujet, envers les experts en conseils et marketing culturels transformés en fin d’exposition en Madame Irma, est à ce sujet des plus savoureux. Il est vrai que l’on peut dans certains secteurs, et notamment celui des musées et du patrimoine, parler du syndrome de l’étudionnite comme on parle ailleurs de réunionnite ! A visiter d’urgence jusqu’au 16 mai 2010.


samedi 14 novembre 2009

Exposer des idées. Du musée au Centre d'interprétation

Qu’est-ce qui définit un centre d’interprétation ? Les différents auteurs qui ont participé à cet ouvrage apportent chacun à leur manière des éléments de compréhension. Les limites si difficiles à saisir d’avec le musée, mais aussi avec le parc d’attraction y sont explorées, les fondamentaux du Centre d’interprétation énoncés, et des exemples notamment des CIAP, centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine y sont développés. D’autres auteurs développent des comparaisons internationales. Faisant suite au séminaire organisé à l’IUP Denis Diderot avec ses partenaires, notamment l’OCIM et l’Université d’Avignon en décembre 2007, cette publication vient compléter La Lettre de l’OCIM parue l’an passé sur le même sujet. Les contributions plus denses et plus étoffées du point de vie théorique viennent combler une lacune dans la littérature muséologique puisque bien peu de documents en langue française existaient jusque-là sur le sujet. Une bibliographie permettra au lecteur curieux de poursuivre l’exploration.

Exposer des idées. Du musée au Centre d'interprétation, sous la direction de Serge Chaumier et Daniel Jacobi, Ed. Complicités, 2009.

mercredi 11 novembre 2009

Fragonard à vif

Incroyable musée ! Il y a en a de toutes sortes et celui-ci est tout sauf banal. Lieu d’études pour les apprentis vétérinaires, le musée de Maison-Alfort est un digne représentant de ces musées universitaires qui ont pour fonction première d’être un instrument didactique. Héritier des musées du XIXème, sa récente rénovation n’a rien entamé de son originalité et du témoignage de ce pan de l’histoire des musées. Le lieu est évidemment connu pour ses écorchés de Fragonard, impressionnant résultat d’une histoire de la médecine à laquelle Van Hagens se réfère et à laquelle il fait des clins d’oeil. Notre époque est de plus en plus pudique et le politiquement correct interdira sans doute bientôt d’exposer ces foetus pendus dans un bocal ou la main du géant du cirque Barnum. Il faut se presser de voir ça quand on s’intéresse à la muséologie. Apprécions la rénovation du lieu, respectueuse et économe, qui conserve le lieu dans son authenticité. Certes les médiations ne sont pas fabuleuses, mais un audioguide permet au visiteur d’approfondir la visite.

samedi 7 novembre 2009

Homme-Femme : de quel sexe êtes vous ?

Il y aurait tellement de choses à dire sur le sujet ! La différence entre les hommes et les femmes : de la construction sociale de la différence et de l’approche biologisante qui entend souvent suffire à rendre compte des différences. Le féminisme différencialiste, tendance psych&po et l'affrontement avec les culturalistes. L’histoire, l’ethnologie et la théorie féministe, et puis évidemment l’approche queer du genre et la critique des impositions normalisantes, la remise en cause des stéréotypes sur la nature des êtres... L’indétermination sexuelle, la différence entre transsexualisme, transsexuel et transgender... Rappeler que la différence est tout sauf évidente, contrairement à ce que le sens commun imagine... Tellement de choses possibles à raconter sur ce thème si riche et qui anime une vraie controverse et une actualité scientifique en prise à l’idéologie (et il y en reste pourtant si peu...). Comment peut on à ce point passer à côté du sujet, en mêlant indistinctement sans aucune écriture tenue du scénario de l’exposition les éléments les plus hétéroclites ? Excusons le peu de moyen qui explique la « scénographie», pour utiliser un terme un peu excessif au sujet d’une mise en exposition des plus minimalistes... Mais en revanche on ne peut pas cautionner la polémique facile entretenue autour des positions d’Elisabeth Badinter ramenées à une interprétation digne du café du commerce... Reste l’affiche de l’exposition qui est très réussie... mais au risque de produire beaucoup de déceptions par des attentes frustrées...

Jusqu'au 3 janvier au muséum de Nancy.

mardi 3 novembre 2009

Des villes, mais lesquelles ?

Les expositions sur l’urbanisme se multiplient, elles invitent à la comparaison. Le Pavillon de l’Arsenal propose de se pencher sur les grands projets parisiens conduits ou en prévision depuis un an sur Paris et la proche banlieue. Si les vidéos de La ville de demain s'invente aujourd'hui, sont courtes et un peu frustrantes, ne donnant que peu d’informations, en revanche l’exposition Habiter 09/08-09/09 détaille les projets de logements au travers des planches de concours. Effet inverse ! L’austérité et la complexité les rend illisible pour le non initié ou pour celui qui ne veut pas lire des mentions en caractère 9 insérées au milieu de schéma technique.

D’une autre nature est l’exposition présentée à l’Espace Electra. L'Espace Fondation EDF oriente désormais son action sur les thématiques liées au développement durable. Ainsi, la réflexion proposée dans Villes rêvées, villes durables conduit le visiteur à s’interroger sur les choix à faire pour être le plus efficace en la matière. Par exemple, faut-il respecter les demandes majoritaires des usagers qui aiment disposer d’un espace extérieur et d’un pavillon bien à eux, où construire en hauteur pour densifier l’espace, éviter les emprises au sol et multiplier l’occasion des déplacements énergivores ? L’exposition est belle, si on aime le graphisme un peu branché, mais nous ne pourrons pas vous la présenter pour vous donner envie de vous y précipiter, car la photographie est interdite dans l’exposition. Tant pis pour cette institution qui se prive ainsi de paraître dans les blogs et de démultiplier son impact auprès de visiteurs potentiels !

Enfin, citons l’exposition à la Cité de l’architecture Vers de nouveaux logements sociaux et celle sur les matériaux, notamment l’usage de la terre dans la construction, Ma terre première pour construire demain, à la Cité des Sciences. Des expositions complémentaires.

Une erreur est survenue dans ce gadget