CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: Dreamlands
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

lundi 24 mai 2010

Dreamlands

Très très belle exposition que Dreamlands, Des parcs d'attractions aux cités du futur, présentée à Beaubourg, au croisement des utopies, des loisirs, de l'architecture et de l'urbanisme. Les expositions universelles ont proposé des visions enchantées d'une ville rêvées : divertissantes et ludiques faisant évoluer la notion de culture, vivifiée tout au long du XXème siècle par les artistes qui se sont adonnés à la confusion des genres et au ressourcement. Ainsi la culture populaire source d'inspiration éternelle de la culture savante s'est progressivement délayée dans une culture de masse diffusée par les industries culturelles. Ce mouvement vient de loin, comme en témoigne cette exposition qui conduit le visiteur dans une épopée originale : s'interrogeant par exemple sur la manière dont le parc d'attraction nourrit l'imaginaire de la ville et la renouvelle, ou sur les points de rencontre entre les utopies urbaines et les visions enchantées des parcs de loisirs... La construction de pseudo identités prend toute son ampleur dans ces villes thématiques des banlieues de Shanghai ou dans la ville rêvée de Dubaï, quand ville et parc de loisir ne font plus qu'un. Vivre dans des décors où le faux enchantement conduit parfois la vie toute entière à se confondre avec les logiques hollywoodiennes... Exposition très bien faite, discours bien conçu, belle scénographie, textes performants, oeuvres pertinentes... nous ne pouvons qu'être enchanté que Beaubourg renoue avec des expositions à dominante plus anthropologique. Il est juste amusant de constater que le Centre Beaubourg lui-même ne soit qu'évoqué par une maquette sans trop s'y attarder, alors que l'on se souvient de la critique féroce de Jean Baudrillard à son endroit, portant justement sur la société de spectacle et de cette formidable machine à transformer la culture en produit de consommation. Il aurait pu être courageux de le poser plus frontalement comme élément du débat ! Signalons également le catalogue d'exposition très pertinent.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget