CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: août 2010
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

lundi 30 août 2010

Expo Shanghai 2010 : Le meilleur de l'expo !

Les expositions les plus intéressantes à visiter pendant l'exposition de Shanghai sont sans conteste les cinq expositions thématiques :
- Le Pavillon du futur
- Urbanian Pavillon
- Pavillon of Urban Planet
- Pavillon of City being
- Pavillon of Footprint
Ces expositions thématiques sont à la fois impressionnantes par leur grandeur et par leur contenu. Un vrai travail de recherche muséographique sur la ville sous tous ses aspects s'y exprime au travers d'une mise en scène spectaculaire qui donne du sens, voilà de quoi ravir. Si le visiteur veut s'attarder intelligemment sur les questions urbaines, il a là de quoi se rassasier ! Il faut prévoir deux à trois heures pour chacune d'entre elles, tant on y prend du plaisir. Nous avons particulièrement apprécié les trois premières, avec des informations souvent surprenantes et astucieusement présentées. Ainsi l'Urbanian Pavillon, qui met en scène cinq familles du globe pour comparer les modes de vie, est très convaincante. Mieux ces expositions ne sont pas les plus visitées, et on peut donc les voir dans d'excellentes conditions. Remarquable travail qu'il ne faut louper sous aucun prétexte. A elles seules, elles méritent le déplacement.

jeudi 26 août 2010

Expo Shanghai 2010 : Ca marche le commerce ?

Tous les pavillons nationaux n'ont pas la classe de l'Angleterre, ou l'humour des Pays-Bas, de la Suisse... Tous ne sont pas des militants de la cause environnementale ou portés à exalter la biodiversité, à la manière de la Nouvelle-Zélande, qui se présente comme un pays jardin. Nombreux sont ceux qui confondent une exposition universelle dédiée à la réflexion sur la ville avec un salon de promotion touristique. Certes, la chose n'est pas surprenante. Enfin, il y a ceux qui en font une tribune politique, nous avons vu le cas des Etats-Unis, mais pire il y a les représentants de commerce. La France, avec ses bétons, l'Italie avec son design, la Finlande avec ses téléphones (même si la promotion est ici dans un très bel écrin) qui semblent venir pour engranger des contrats de vente ! Ainsi, il n'est pas très enthousiasmant non plus le Pavillon de la Suède qui nous sert toutes la gamme des produits Ikéa. Le début commence bien avec de superbes photos faisant alterner le regard, on les informations sur les transports... Mais ensuite... on aurait pu s'attendre à autre chose de la part d'un pays qui met le développement durable au devant de ses préoccupations que d'hésiter entre la foire commerciale et le parc d'attractions, quand il ne fait pas les deux à la fois. Ainsi les enfants s'amusent bien sur les balançoires et les toboggans, mais franchement... "Better City, Better Live", le thème de l'expo, pour s'en souvenir...

mercredi 25 août 2010

Expo Shanghai 2010 : l'Allemagne est-elle trop gourmande ?

S'il y a un reproche à faire au Pavillon de l'Allemagne c'est d'être trop plein ! En voulant trop en mettre, l'Allemagne pêche par excès. Car tout y est, à la fois la promotion touristique, le ludique digne des parcs d'attractions, l'information la plus sérieuse sur les efforts en matière de développement durable, la promotion des entreprises, les arts et la culture, et pour finir un show des plus ridicules. Si on excepte la salle de spectacles dont on se serait volontiers passée, le reste est très bien fait. Le problème est qu'à vouloir trop en mettre on s'y perd un peu, mais ne soyons pas trop sévère le pavillon est quand même très réussi. Il y a plein d'idées intéressantes, des tonnes d'informations, ce qui est une gageure dans un tel contexte. Le choix de ne pas choisir un axe fort est peut-être dommage, mais au moins il y en a pour tous les goûts !

mardi 24 août 2010

Expo Shanghai 2010 : Ma petite sirène

Parlons un peu d'un pavillon émouvant : celui du Danemark qui sait conjuguer sérénité, plénitude, engagement et humour. Le seul pavillon que l'on peut visiter en vélo avec une vraie piste cyclable ! Ils ont du bien s'amuser à concevoir ça ! Et puis cette belle entrée avec la petite sirène, évidemment, bien recontextualisée, seule, toute proche et en même temps lointaine, dans un faux calme alors que la foule l'enserre... Nous avons surtout aimé le film sur son déplacement qui l'a fait voyager jusqu'à Shanghai. C'est simple et attendrissant. Mais le pavillon n'oublie pas non plus de renseigner simplement avec des faits surprenants et marquants. Ainsi savez-vous que le Danemark compte plus de vélo par habitants que la Chine ? 0,83% bicyclette par habitant pour 0,32 en Chine ! Impressionnant non ? L'architecture est très belle, la circulation efficace. Le Pavillon sait accueillir les visiteurs pour leur donner malgré le contexte d'affluence un moment de calme et de repos paisible, mais aussi de surprises et de jeux, notamment en terrasse avec les jets d'eaux adorés des enfants, évidemment. Tout le contraire du Pavillon du Japon ! C'est l'état d'esprit d'un pays qui s'exprime par son pavillon, le Danemark a réussi son coup.

Expo Shanghai 2010 : Et Les Etats-Unis ?

Etonnante superpuissance qui ne se rend pas compte de son ridicule ! D'abord, le Pavillon des USA range les personnes en lignes pour les faire rentrer dans le pavillon, façon originale de gérer les foules, pourquoi pas. Ensuite, le public entre en masse, mais pour attendre une séance collective, d'une projection sur des écrans ridicules et mal positionnés d'un film qui pourrait très bien être diffusé en continu, sans arrêter ainsi le flux des visiteurs. Car l'audiovisuel est certes sympathique, mais il ne nécessite aucunement une contrainte de temps, tout cela pourrait être mis en boucle. Bref, première erreur. Autre option, qui rend compte d'une absence de réflexion sur la gestion des flux, le fonctionnement en séances (choix de beaucoup de pavillons présentant un show, du reste plus ou moins réussi). Evidemment, cela crée des bouchons et des problèmes de circulation. Plus grave, le contenu pour les USA est des plus affligeants, la voix de l'Amérique est d'abord portée par Hilary Clinton, puis par Barack Obama, pour une déclaration totalement déplacée en ces circonstances, sur l'amitié des deux pays. Les deux discours très langue de bois ressemblent plus à une déclaration diplomatique qu'à autre chose, avec en sus une leçon de responsabilité donnée à la Chine face au monde ! Seul le Colonel Kadhafi pour la Lybie semble être allé aussi loin dans l'usage d'un pavillon national à des fins aussi ouvertement politiques (il faut dire qu'à part un portrait du colonel - du reste pas piqué des hannetons - et un vieux tapis mal présenté, ce pavillon ne présente guère d'intérêt !!). Pour en revenir au "Pays de la Liberté" (!), plus on progresse dans le cheminement, plus c'est affligeant ! Pour finir, une petite américaine décide de passer à l'action pour changer la vie : elle va faire le ménage dans sa cour d'immeuble et planter des fleurs pour que le monde soit plus beau ! Youpi, vive la révolution écologique ! Mais cette petite idiote n'a même pas idée de planter autre chose que des plantes en pot, et pour finir elle devient une chef d'entreprise qui commande tous les voisins. Elle est tellement désagréable qu'on lui collerait des claques ! Bref, on en rassuré car on finit sur Disney et les produits made in USA. Il parait que le pavillon a été fait à la va vite, cela se sent...

lundi 23 août 2010

Shanghai Expo 2010 : Le Portugal

Saluons l’effort du Portugal et de son pavillon. Une vraie réflexion y est inscrite avec l’envie d’aller à la rencontre du public chinois. Ainsi, toute la première partie du pavillon met en scène la rencontre entre le Portugal et la Chine depuis des siècles : premiers globe-terrestres représentant la Chine, premier dictionnaire portugais-chinois, découverte du thé chinois, et plus généralement 500 ans de rencontres entre ces deux nations. (L'idée est certes simple mais elle est moins lourd dingue que les Etats-Unis... ). Le Portugal comme beaucoup utilise les projections collectives en séance fixe (solution assez malheureuse dans ce contexte d'affluence), mais il n'en abuse pas. Certes, si la film grand écran n‘est pas des plus réussi (nous avons compris assez vite qu’au Portugal les gens sont souriants et heureux !) , la seconde partie de l’exposition sur les innovations en matière d’économie d’énergie dans la ville de demain réserve parfois d’étonnantes surprises. La Pavillon met en avant sa conception zéro carbone avec les actions de compensation mises en place. Un pavillon qui affirme sans prétention excessive son originalité et sa différence. Très bien.


Shanghai Expo 2010 : Les Pays Bas

Il y a plusieurs manières d’utiliser les stéréotypes, la première consiste à les nourrir pour flatter les représentations communes. Ainsi l’Italie présente la variété de ses pâtes, ses voitures design et ses belles architectures Renaissance, et la France met en scène Brigitte Bardot, la cuisine et la tour Eiffel. Ces pavillons ne veulent pas surprendre, ils donnent au public chinois ce qu’il est censé vouloir voir du pays. Une autre manière d’utiliser les stéréotypes est de les prendre au second degré pour s’en amuser. C’est le cas de la Suisse par exemple, qui place un télésiège sur le toit de son pavillon ou encore des Pays-Bas qui proposent un pavillon très drôle et très photogénique. Composé d’un véritable amalgame de petites maisons, qui toutes mettent en scène des visions du pays, ici les stéréotypes font écho à la création, à la surprise, à l’incongru. Le tout n’est pas vain car la réflexion sur la ville et sur son architecture composite est inscrite en filigrane. La ville de la vieille Europe est constituée de strates, d’ajouts de bric et de broc. Ajoutons que la circulation dans l’espace est très bien pensée et que l’espace de repos avec les moutons portatifs fonctionnent à merveille. On a aimé !


samedi 21 août 2010

Shanghai Expo 2010 : Mexique

Le Mexique déploie de belles idées originales. Même si tout n’est pas réussi, les intentions sont là. La vision de petits films sur le Mexique au travers de masques, très évocateurs du Mexique par ses traditions mais aussi pas ses composantes modernes, connaît un beau succès, même s'ils sont au final difficiles à regarder ! L’intégration de la création contemporaine dans le Pavillon est également bien réussie et offre un bel équilibre entre découverte du Pays, création, et informations scientifiques sur le développement urbain. Des multimédias sont proposés qui ne sont pas au point en terme d’usages par le public, connaissant quelques erreurs à éviter (comme le fait de choisir les actions sur une table plan devant soi et de regarder le résultat projeté en hauteur, la plupart des visiteurs ne comprennent pas...), mais avec une trame muséographique sur les choix à opérer, par exemple en matière d’énergie, pour sa maison, son quartier, sa ville, son pays... qui sont fort intéressants. Bref, un Pavillon où la foule n’est pas délirante et qui en vaut bien d’autres à la notoriété plus grande...


jeudi 19 août 2010

Shanghai Expo 2010 : Que faire de tous ces visiteurs ?

Avec un rythme moyen de 400 000 visiteurs par jour, l’exposition de Shanghai doit évidemment mettre la question du public au centre de ses préoccupations ! Non seulement l’organisation technique est impressionnante, pour acheminer, faire rentrer, mais aussi faire manger, faire circuler tous ces visiteurs, mais c’est aussi à chaque pavillon de s’emparer de la question. Comment permettre aux visiteurs reçus de visiter dans de bonnes conditions ? de réduire son attente ? de l’occuper dans les éventuelles files d’attente ? de prendre soin de son confort ? de lui permettre de s’intéresser et de le captiver alors que de multiples sollicitations l’invitent vers ailleurs ? Ce sont des questions passionnantes à résoudre pour un muséographe ! Et on peut comparer les méthodes. Car hélas, beaucoup de pavillons n’ont semblent-ils pas eu suffisamment de réflexions à ce sujet. Ainsi, il y a des pavillons qui conçoivent leur scénographie pour permettre des circulations fluides (le pavillon remarquable de la ville Chinoise de Ningbo Tengtou par exemple) et d’autres qui bloquent tout avec des salles de spectacle placée de manière inopportune. Le pire dans ce registre, demeure les Etats-Unis qui non seulement propose un contenu des plus nuls, mais en plus le font de manière des plus stupides ! Enfin, le Japon n’est pas mal non plus, préférant la méthode policière pour faire avancer les publics avec des gardes chiourmes pour faire avancer la masse et interdire de photographier... cela retarde le flux ! Déplorable.


Shanghai Expo 2010 : Le Canada vaut le détour

Au Canada aussi on peut faire du vélo ! mais ici c’est pour produire de l’énergie nécessaire pour animer les images. Surtout le pavillon offre une belle ambiance, avec une projection très réussie sur un mur de cubes, et une intelligente composition d’un très bel effet. Si le pavillon est enthousiasmant, il est un peu court en bouche, le parcours aurait mérité d’être un peu plus long. Une autre très bonne idée à découvrir dans les pavillons des villes, la projection par la ville de Montréal d’une composition dont on ne dévoilera pas la surprise technique, sur la réhabilitation d’un ancien dépôt d’ordures reconverti en jardin et en accueil culturel pour le quartier. Lieu où le Cirque du Soleil a élu domicile pour son siège social (La Tohue). En revanche, zéro pointé pour le pavillon de Vancouver. Passez votre chemin.


mardi 17 août 2010

Shanghai Expo 2010 : une exposition de vélos ?

C’était drôle de constater que non seulement les éoliennes sont partout, dans tous les pavillons nationaux ou presque, comme une sorte de leitmotiv pour se donner bonne conscience, emblème de la ville écologique, mais aussi que de nombreux pavillons mettent en avant les bicyclettes pour convertir au mode de transport idéal... mais y prétendre en Chine, c’est un comble !! Et de nombreux pays européens exhibent ainsi leur prototype de vélos électriques avec grande fierté... Certains mêmes proposent de faire du vélo et nul ne va aussi loin que le Danemark qui incite à visiter son pavillon en vélo ! Mais c’est assez risible pour le promeneur qui peut constater qu’à Shanghai, les Chinois n’ont pas attendu l’expo ! Non seulement presque tous les vélos sont ici électriques, mais aussi les scooters ! Et ce n’est pas d’hier, ce n’est pas là la propagande que certains dénoncent, car tous ces engins ne sont pas flambants neufs. Car la Chine n’est pas ce pays arriéré et sale que l’on veut bien nous laisser imaginer souvent en Occident... Même si la conscience environnementale a certes beaucoup à progresser sur certains plans, sur d'autres la Chine est largement en avance sur le reste du monde. Espérons que les expositions puissent contribuer à éveiller l'ensemble de la planète.

dimanche 15 août 2010

Shanghai Expo 2010 : que peut-on dire ?

Que peut-on dire dans une exposition universelle ? Evidemment très peu de choses, il ne faut pas s’attendre à délivrer des tonnes de messages alors que des flux de visiteurs conséquents sont à gérer (rappel entre 380 et 450 000 visiteurs par jour !) et que chacun entend courir pour en voir le plus possible ! Il faut être efficace, dire peu et donc énoncer des messages clairs, surprenants qui viennent happer le visiteur qui déambule d’un espace à l’autre. L’exercice est tout sauf simple. Peu de pavillons y réussissent. Certains en disent trop, comme l’Allemagne ou la Belgique par exemple, d’autres ne disent rien ou presque, comme la France ou le Japon, enfin beaucoup sont hors de propos. Plusieurs ne sont là que pour faire du promotionnel, comme l'Italie, l'Irlande (même s'il est très beau) ou la Suède. D'autres prennent le reste du monde pour des imbéciles, comme l'Australie ou les Etats-Unis. Il y a ceux qui ciblent utilement une seule idée, mais qui ne parviennent pas à suffisamment faire les liens pour être totalement convainquant, comme la Hongrie ou le Chili. Mais au moins de belles idées y sont-elles exprimées. Alors, les pavillons du Mexique, de la république Tchèque, du Danemark, du Canada, de la Suisse sont dans leur genre plutôt réussis. Les Pays Bas sont très drôles. Certains sont modestes, mais ils ont le mérite de découvrir quelques idées surprenantes et originales. Le Portugal, le Brésil, la Finlande, la Norvège, l'Autriche offrent une belle diversité...


vendredi 13 août 2010

Shanghai Expo 2010 : Et viva Espagna !

Cessons de nous énerver et apprécions un pavillon superbe, qui nous aura fait frissonner d’émotions. L’Espagne, pourra paraître parfois un peu loin du thème, mais son parti pris est fort : par des puissantes images, des murs d’images en mouvement, le pavillon convoque le rêve et affirme un pays où le lien entre les êtres composent les villes. L’Espagne est capable d’évoquer les attentats de Madrid dans un tel contexte sans paraître obscène, avec extrême dignité. Certes, un affreux bébé géant animé, qui ressemble à un vieillard, à la fin du pavillon, est épouvantable (même s’il semble beaucoup plaire aux Chinois), mais au-delà de cette faute de goût, tout le reste est remarquable. Des mobiliers futuristes abordent pour finir la ville par différentes thématiques, l’énergie, la solidarité, la santé... avec un graphisme des plus simples et des plus percutants pour faire passer des messages. Bref, de toutes les expositions, l’Espagne est celle qui semble le mieux maîtriser les codes de la muséographie (à voir aussi le pavillon de la ville de Madrid qui est de toutes les villes le plus réussi, nous y reviendrons peut-être... !).

jeudi 12 août 2010

Shanghai Expo 2010 : Quand Orsay s’affiche...

Qui a choisit les six oeuvres du musée d’Orsay pour figurer entre les ciments Lafarge et les sacs Vuiton dans le pavillon français ? On s’interroge encore. Car sur ce thème de la ville, le musée d’Orsay avait plein de possibles, imaginons l’évolution de la ville industrieuse depuis le XIXème à la ville écologique... ah le beau thème que voilà pour Orsay ! Et bien non, vous aurez un Rodin, et quelques portraits, un Bonnard, un Millet, un Van Gogh... Sans doute, cela aurait dû être le clou du pavillon. Mais les Chinois préfèrent manifestement les sacs Vuiton pour se prendre en photos devant !!! Et le musée d’Orsay de raconter dans un (trop) grand texte que la gare fût classée par Pompidou, le musée voulu par Giscard et inauguré par Mitterrand, voilà de quoi passionner la Chine toute entière ! Enfin nous n’avons pas dit l’essentiel, pour parler de la ville de demain, le pavillon de la France s’ouvre et se referme sur deux véhicules, un peu de pub pour Peugeot après Michelin ! Superbe réflexion ! Des bagnoles pour parler de la meilleure ville ! Seule l’Italie a osé faire de même ! Heureusement, les superbes portraits de Yan Pei Ming à l’extérieur sauvent un peu la mise, mais inutile de faire la queue et de rentrer pour les admirer !

mercredi 11 août 2010

Shanghai Expo 2010 : Pire que la France ?

Si l’architecture est plutôt réussie, avec son cheminement en spirale, bien qu’il n’y ait rien là de révolutionnaire, et que l’idée tombe plutôt sous le sens, étant donné les conditions d’affluence, pour ce qui est du reste... Faut-il vraiment faire tout une histoire de la résille qui entoure le bâtiment fut-elle en béton innovant ? Si le résultat peut plaire, pour ce qui est du contenu, c’est totalement catastrophique. Seule l’Italie fait plus médiocre... (enfin soyons juste, il y a pire, mais nous en reparlerons plus tard... !), il faut le dire le pavillon de la France n’a ni queue ni tête. C’est le signe manifeste d’une absence de programme muséographique, et d’un abandon du contenu au seul architecte. Alors évidemment, c’est un désastre ! Rien à dire, rien à démontrer, les clichés s’alignent au fil des coursives. Un peu d’images rétro : la France = la tour Eiffel évidemment, plus Brigitte Bardot et Gérard Depardieu à 20 ans ! et puis quelques enseignes publicitaires : les ciments Lafarge, les sacs Vuiton. Entre deux pubs, un peu de culture, de la peinture... Voici la France... Au fait, c’était quoi le thème de l’expo ?


lundi 9 août 2010

Shanghai Expo 2010 : c’est qui le plus beau ?

Bon, il est idiot de vouloir décerner des prix et faire un classement, tous les pavillons ont leur spécificité et leur approche originale. Mais cette pétition de principe lancée, il faut bien admettre que certains ont mieux réussis que d’autres et sont plus probants. Allons y tout de go, et décernons le prix d’excellence à... l’Angleterre (enfin au Royaume Uni) car c’est de loin le plus audacieux, le plus beau et le plus intelligent. Même si le thème n’est qu’approché, le parti pris est fort, enthousiasmant et d’une grande qualité. Banque des espèces qui conduit à prélever dans la ville et à engranger dans son coffre fort pour mieux préserver et peut être réinsuffler la biodiversité en semant à tous vents. Ces grandes tiges vont et viennent et relie l’intérieur et l’extérieur, belle symbolique. L’idée est belle et l’architecture fait complètement corps avec le propos. Bravo.

samedi 7 août 2010

Shanghai Expo 2010 : une exposition écologique ?

Surtout, le thème de Shanghai, Meilleure Ville, Meilleure Vie, « Better City, Better Live», inscrit partout, vient clamer la volonté de prôner un autre monde, naturellement plus écologique. Bien sur, les critiques auront raison de souligner les paradoxes et la poudre aux yeux, et dire que rien n’est moins écolo que ces millions de personnes déplacées, reçues, consommant du jetable... mais c’est oublier que malgré tout de nombreux messages passent auprès de la population. Que la Chine s’éveille, et qu’elle s’éveille à l’écologie ne peut que nous réjouir. Soyons attentif, elle peut même rapidement devenir leader dans le domaine : rappelons que déjà la Chine est le premier investisseur au monde dans l’éolien...

jeudi 5 août 2010

Expo 2010 à Shanghai

Etrange chose qu’une exposition universelle ! Exercice d’équilibriste se tenant entre la foire commerciale et son inévitable activité promotionnelle, le parc d’attractions et ses ludiques divertissements, la prouesse architecturale sacrifiant au spectaculaire, le déferlement des dernières innovations techniques, la parade de carnaval pour amuser les tous petits et même la volonté culturelle et didactique de promouvoir les arts et les sciences auprès de tous ! Shanghai ne sacrifie pas à la règle, mais l’édition ajoute au pétillant en exotisme et en surprises. Car la Chine affirme ainsi sa puissance, son extraordinaire capacité à relever le défi en démontrant au monde entier une organisation irréprochable et une exposition universelle dont on se souviendra. Nul doute que Shanghai 2010 comptera dans l’histoire, non seulement de la ville qui retrouve ses fastes des années 30, mais du pays tout entier qui ne manque pas de fasciner. Avec plus de 200 pavillons internationaux, de multiples expositions qui attendent au bas mot 70 millions de visiteurs, et surtout une ville toute attentive à se refaire une beauté, l’exposition est d’ores et déjà une réussite.


Une erreur est survenue dans ce gadget