CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: février 2011
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

mardi 22 février 2011

Le musée de musées

Le rêve de tous muséologues est de constituer le musée de musées (ce que tente judicieusement le Projet scientifique et culturel du futur musée Arlaten), et son cabinet des curiosités, il le compose en collectionnant les lieux étranges et surprenants, les musées bizarres. Ainsi le site Musées-Oh ! propose le musée insolite de la semaine et nous visitons avec gourmandise ces lieux étranges surannés, délirants ou fantasques, fruit du délire de passionnés. Nous n'avons malheureusement pas visité celui évoqué par un article du Monde en date du 20-21 février et nous dérogeons donc à notre règle de ne parler que de ce que nous avons vu, mais l'article est intéressant. Il s'agit d'un couple de Zagreb qui a constitué une collection composée d'objets disparates, mais qui tous ont en commun d'être issus de cadeau de couples, désormais séparés. Que faire d'un souvenir tendre, attaché à des émotions et à une histoire, alors que celle-ci est devenue passée et souvent triste ? Une réponse : le mettre au musée -comme si celui-ci était vraiment synonyme intrinsèquement de relégation (une thèse chère à Octave Debary !). Est-ce vraiment là un musée ? Ne s'agit-il que d'une collection farfelue ? Est-ce juste un amas d'objets fétiches ? Ou bien est-ce l'occasion de tenir des discours sur le couple, l'amour, le souvenir... ? A raconter des histoires de vies ? Pourquoi vouloir laisser des traces, que nous dit tout cela du rapport à la mort toujours présent dans l'amour ? Bien des sujets exaltants pour le muséologue !

lundi 14 février 2011

A propos des musées d'art


Numéro consacré aux musées d'art sous la houlette d'André Gob et Raymond Montpetit, ce nouveau numéro de la revue Culture et Musées, intitulé La (R)évolution des musées d'art regroupe des contributions variées et est complété d'un dossier sur les scénographies, issu des travaux de l'Ecole du Louvre.


samedi 12 février 2011

L'architecture au menu

Seconde rencontre à la Maison de projet du Louvre-Lens samedi après midi avec la présentation de plusieurs projets de rénovation ou création de musée. Un public attentif a entendu les explications sur le musée intégré à la Cité de la Dentelle de Calais, puis le LAM de Villeneuve d'Ascq, avant que de finir par le projet du Louvre-Lens. Le chantier qui se poursuit est des plus impressionnant, une sorte de paquebot échoué dans le bassin minier. Les réactions envers cette architecture d'exception, toute de blancheur et de transparence dans ce pays des gueules noires, sont assez contrastées. Certains estiment que c'est une vision du paradis qui apparaît, mais comme tout paradis il n'est pas sans ambivalence dans une région qui souffre encore de beaucoup de précarité et de problèmes sociaux. Sans doute ce nouvel établissement apportera fierté et dynamisme pour renaître autrement demain. L'exposition de toiles du Louvre reproduites dans le stade Bollaert, intitulée Le Louvre en sang et or est osée, nous serions curieux de surprendre des réactions un soir de match, mais pour ça ne comptez pas sur moi !!!

mercredi 9 février 2011

Le livre blanc des musées

Pendant que le ministère organisait une grande messe sur les politiques culturelles à la Grande Halle de la Villette vendredi dernier, l'Association Génerale des Conservateurs des Collections Publiques de France présentait au Conseil Economique Social et Environnemental son livre blanc. Celui-ci présente un diagnostic de l'état des musées en France et pointe quelques-unes des nombreuses sources d'inquiétude dans la profession. La commercialisation des musées, la montée en puissance de l'externalisation des services dans les musées, les antennes à l'international, la baisse redoutée des financements de la part des collectivités..., une logique plaidant pour l'intercommunalité, ou encore le regroupement possible des conservations départementales et des services de l'inventaire de la Région dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales sont semble t-il des hypothèses envisagées...

Toutefois à y regarder de plus près, on constate que le livre très centré sur le noyau dur du métier de conservateur et aborde que très succinctement les transformations possibles du musée, peu de choses sont dites sur l'action culturelle et quand la question de la gratuité des musées est évoquée c'est pour laisser entendre que les études sont négatives. Or, des chercheurs disent des choses différentes à ce sujet... Enfin, on tombe à la renverse quand on lit qu'il faudrait que le service des musées de France organise un Agenda 21, alors que la démarche dans sa philosophie vise plutôt à être organisée de bas en haut...
On peut télécharger le livre d'une centaine de pages à l'adresse suivante : ici.
Et lire un compte rendu sur le site de Localtis.info, un site intéressant à connaître qui propose du reste plusieurs autres ressources sur les musées.

mardi 8 février 2011

Voici Google Art Project

Tout le monde en parle ! Mais effectivement il faut annoncer la naissance de Google Art Project, car malgré les remarques de quelques grincheux sur la qualité de certaines vues, il se pourrait bien que l'on assiste à l'origine d'une nouvelle ère pour les musées. Il y aura peut être un avant et un après Google Art Project ! Car si peu d'oeuvres sont encore en ultra haute définition, il est probable que ceci s'améliore très vite, comme cela a été le cas pour Google Earth ou Google Maps.

En lançant la possibilité de visiter dans un premier temps 17 grands musées de par le monde, Google propose un outil remarquable. Visite des salles, mais également outils de médiation pour en savoir plus sur les oeuvres, les comparer, aller à la rencontre d'un artiste. Si toutes les oeuvres ne sont pas présentes, certaines n'étant pas encore tombées totalement dans le domaine public, il faut remarquer que cela va quand même beaucoup plus loin que les petites apps pour Iphone du Louvre ou de la National Gallery.
On peut imaginer que très vite le nombre de musées présents va se démultiplier jusqu'à permettre une connexion généralisée. Cependant nous pouvons faire quelques (premières) remarques.
  • D'abord, il ne faut pas redouter que la visite des musées sur écran détourne des musées réels, bien au contraire, on sait que ce sont les lieux les plus connus virtuellement qui attire le plus physiquement (pour les avoir vus / faits..., - aussi les musées qui interdisent encore la photographie pour réserver des surprises sont-ils ringards...).
  • Ensuite, on peut se demander quelle vision donne du musée cette visite virtuelle ? Il est frappant de constater que les musées sont vides ! des musées sans visiteurs ! C'est sans doute un fantasme de touriste qui rêve d'avoir le Louvre pour lui tout seul, mais pour un muséologue cela fait frémir ! On dirait qu'une bombe à neutrons est passée par là ! Bref, des musées sans vie... cela renforce le cliché d'un musée hors du monde...
  • Parmi les 17 musées présentés, combien de musées d'art à votre avis ?! Le stéréotype du musée sort renforcé... à quand le musée du Lacet de la Terrasse sur Dorlay ??!! Bref, la diversité muséale doit être aussi un objectif !
  • Enfin, ne boudons pas notre plaisir, Malraux serait aux anges, Google Art project permet à tout un chacun de se constituer son musée imaginaire en collectant et composant son musée personnel. Parions que les applications interactives vont pouvoir se développer pour échanger et créer à partir de là...



Magnifique non ?


... juste pour le plaisir ...



lundi 7 février 2011

Et un musée de l'Europe ?

Alors L'Amérique, c'est aussi notre histoire ! Nous n'en doutions pas à vrai dire, et cette nouvelle exposition présentée à Tour et Taxis à Bruxelles, en préfiguration perpétuelle du musée de l'Europe n'est guère convaincante. Si quelques belles séquences accueillent le visiteur, comme ce passage entre l'aire du paquebot et le débarquement en Amérique, le reste n'est guère probant. Mais au-delà de la scéno de carton pâte, c'est surtout le discours qui est affligeant. Grosso-modo un ouvrage de classe de 3ème sert à construire le propos, sans aucune surprise, sans prendre à rebours le visiteur. Tous les attendus sont là, de la découverte des indiens d'Amérique, de la conquête, à l'indépendance de la nouvelle République. Et puis les passages par les guerres mondiales, la guerre froide, l'American way of live, et tutti quanti. Bref, aucune surprise, que des stérérotypes en brochette... L'exposition n'est pas au niveau de C'est notre histoire, premier épisode de cette panoplie. Que dire aussi de ce mélange allègre de vrais objets et de copies, sans avertissement spécifique du public ? Les expositions grand public ne devraient pas être synonymes d'expositions au rabais...

samedi 5 février 2011

A propos du Musée de l'Histoire de France

Cela est devenu une idée fixe : créer un musée de l'Histoire de France, ce projet présidentiel fait couler beaucoup d'encres. Les tribunes se multiplient, chacun y allant de son avis, ce qui est très bien. Certains n'en veulent pas du tout, d'autres ailleurs, pas aux Archives nationales, mais par exemple dans l'Hôtel de la Marine place de la Concorde, d'autres l'espèrent sur un autre thème, comme la colonisation, l'esclavage...

La dernière tribune en date publiée par le journal Le Monde du 4 février, est signée de sept historiens réputés qui disent très justement leur inquiétude face à un projet mal parti et envers un sujet délicat. Pascal Ory, rare professeur d'université a avoir accepté de siéger dans le comité d'orientation scientifique tente de se justifier avec des arguments assez peu convaincants. Car à quoi bon faire un Xème musée, sur un sujet aussi sensible et mal cerné ? Penser l'histoire de France sans l'histoire du monde, cela fait très XIXème siècle. Et aujourd'hui, est-ce utile de renforcer une vision jacobine et centralisatrice, de construire la Nation ? Ne faut-il pas envisager plutôt la rencontre des territoires ? Et alors un projet de musée des régions en dialogue à l'heure de l'Europe serait sans doute plus pertinent. Tiens, tiens, mais cela ne pourrait-il pas être un Projet scientifique intéressant pour un musée à Marseille ? Ce feu MNATP dont on ne sait que faire... Aie ! de quoi retomber dans les errances et les polémiques.
Le musée de l'Europe n'arrive à se concrétiser nul part, pas même à Bruxelles. Et celui des régions d'Europe ? Pour le musée de l'Histoire de France, on notera une fois de plus que l'on confie la réflexion aux seuls historiens, comme s'ils étaient les seuls concernés ! Mais avoir des géographes, des économistes, des écologistes... et peut être même des muséologues pour construire un musée au XXIème siècle, cela ne serait-il pas pertinent ?

mardi 1 février 2011

A vos appareils photos, citoyens !

Le visiteur s'organise et proteste, cela nous plaît ! Le mouvement s'organise ! La révolte est en marche. Grâce à Facebook, vous pouvez rejoindre ceux et celles qui trouvent stupides d'interdire la photographie dans les musées. Orsay qui vient d'interdire aux visiteurs de photographier est pris pour cible d'action. Vous pouvez rejoindre le groupe qui organise des commandos de prises de vues pour protester ! C'est OrsayCommons.

Rappelons que nous avions recensé les arguments et tentés une première analyse dans un article à ce sujet, que vous pouvez télécharger sur le site de l'OCIM : http://doc.ocim.fr/LO/LO115/PP.23-30.pdf

Vous pouvez aussi signer le livre d'or virtuel du musée d'Orsay, et constater combien la mobilisation contre l'interdiction est présente dans les remarques :
Il est frappant de constater combien l'argument du bien public y est récurrent, contestant en quelque-sorte sa privatisation par une institution qui n'en est, rappelons-le, normalement que dépositaire.

Il y a mille raisons pour photographier dans un musée, et le premier c'est comme pour nous d'y prendre un grand plaisir. Pour soutenir la démarche, offrons nous cette belle photo de Hilli Hassemer magnifiant la Joconde au travers de mille appareils.

Une erreur est survenue dans ce gadget