CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: Renaitre à Phnom Penh
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

lundi 9 novembre 2015

Renaitre à Phnom Penh

D’avril 1975 à 1979, Phnom Penh vit l’horreur d’une tyrannie indicible, avant que le Vietnam ne mette fin à un génocide qui aura emporté près d’un quart de la population. Ce que l’on ne peut décrire et même imaginer, les artistes le portent comme une croix, et nous livrent des interprétations de ces traces mémorielles, envoutantes pour un esprit collectif traumatisé. Titré Renaissance une exposition sur le Cambodge n’est pas anodin, tant ce pays doit assumer son passé pour s’inventer un avenir. Les compositions photographiques de Hak Kim, nommé Alive, sont emblématiques. L’artiste évoque des objets interdits durant la dictature, objets anodins à la sémiologie redoutable. Telle cravate désignant une classe sociale, telle statuette de Bouddha, tel bracelet en or, sont autant de signes dangereux qui valaient à leur détenteur un arrêt et une condamnation, en les mettant en scène l’artiste nous rappelle avec sensibilité la folie meurtrière de l’époque. Une génération est aussi en train d’inventer d’autres regards, plus contemporains et inscrits dans la représentation d’un pays qui s’affirme. Les sculptures de Sopheap Pich par exemple développe une atmosphère douce et paisible qui contraste avec les compositions des pièces avoisinantes. A voir à l’Hospice Comtesse dans le cadre de Lille 3000 jusqu’au 17 janvier.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget