CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: août 2016
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

lundi 22 août 2016

Ronan et Erwan Bouroullec à l'honneur à Rennes

Dans cet étrange bâtiment étonnant trop massif d'Odile Decq du FRAC Bretagne, sont présentés deux volets des expositions rennaises consacrées aux deux designers Ronan et Erwan Bouroullec. Des quatre expositions, celle sur le design est plus classique, mais comporte néanmoins de très belles propositions, alors que celle sur les installations urbaines est curieuse. Si nous n'avons pas pu voir la maison présentée au Parlement de Bretagne, en revanche l'exposition de micro-architectures présentée aux Champs Libres est très étonnante également. Les deux designers présentent les résultats inachevés de leur recherche, et s'amusent des matériaux et des formes, créent des ambiances, invitent à la rêverie urbaine. A voir jusqu'au 28 aout.

jeudi 18 août 2016

Destination vacances : les Iles de la Seine !

Le Pavillon de l'Arsenal présente souvent de forts intéressantes expositions, c'est encore le cas avec celle en cours, qui s'intéresse aux iles de la Seine. Curieux sujet à priori, mais qui s'avère passionnant tant la diversité est au rendez-vous. Les iles, selon leur nature, ont durant leur histoire servi de lieux de résidences aux moines, aux détenus, aux malades en quarantaine, aux vacanciers... Elles ont été convertis en résidence royale, en usines, en lieux de villégiatures ou d'expérimentation, en réserves naturelles, et même en camp naturiste, ce qui n'est pas la partie la moins drôle de l'exposition. Belle promenade très variée et agréable à faire dans une exposition qui invite à poursuivre ensuite sur le terrain.

On en profitera pour voir la petite exposition sur une autre ile, celle de Lampedusa et sur la question migratoire, au rez de chaussée.

lundi 15 août 2016

Les collections de A à Z au musée de Bretagne

Le musée de Bretagne revient sur sa politique d'acquisition depuis dix ans en présentant ses collections autrement, en forme d'abécédaire. Le visiteur peut découvrir la diversité des collections, et des acquisitions, mais aussi les métiers du musée et s'initier en quelque-sorte à la muséologie. Il est un peu dommage que ceci prenne le pas sur d'autres motifs, à savoir les raisons pour lesquelles tel objet est choisi plutôt qu'un autre, ce qui guide et motive à collecter ceci plutôt que cela, en quoi cela témoigne d'une société à un temps donné, et tout ce que l'on pourrait dire de la biographie de l'objet. Car s'il est bien précisé que l'on doit documenter l'objet avant de l'entrer en collection, on n'en voit pas ensuite beaucoup la trace au sein de l'exposition : qui étaient les propriétaires, pourquoi l'avaient-ils acquis, pourquoi s'en sont-ils séparés, quelles émotions ont-ils ressentis de le voir en vitrine ? Autant de questions qui pourraient être le propos de l'exposition et qui demeurent en suspens. Mais cela n'enlève rien à l'intérêt de l'ensemble, dans une scénographie simple, mais attentive à mettre en valeur les pièces montrées.

vendredi 12 août 2016

Mais comment tout cela tient ? Wow !

Non ce n'est pas le titre de l'exposition d'architecture dont vous nous parlions il y a quelques années, mais la remarque que l'on ne peut s'empêcher de se faire en visitant la récente exposition présentée au Muséum d'histoire naturelle de Bruxelles, l'Institut Royal des sciences naturelles de Belgique. Justement nommé WoW, car c'est bien de cet effet qu'il s'agit, on se dit que le taxidermiste de cette exposition est fou tellement il est talentueux ! La naturalisation aboutit à de véritables oeuvres d'art. Les tigres, les lions et même des troupeaux de proies flottent littéralement dans l'espace, comme par magie. On reste assez médusé, et du coup on s'intéresse assez peu au contenu de l'exposition, à savoir les animaux en chasse. L'impression visuelle suffit souvent à notre contentement. C'est comme un arrêt sur image, sauf que ce sont de vraies images en 3D ! La publicité du musée dit même que l'on peut y faire des selfies incroyables ! 

mercredi 10 août 2016

Habiter le campement

Très beau sujet traité par la Cité de l'architecture et du patrimoine avec Habiter le campement, Nomades, Exilés, Voyageurs, Contestataires, Infortunés, Conquérants. En s'interrogeant sur les différents modes de campements éphémères, déployés pour des raisons fort différentes, le risque était d'amalgamer des sujets de manière périlleuse, mais l'écueil est évité car au final l'exposition est convaincante. Il s'agit de comprendre comment cette architecture élémentaire permet de dresser une typologie des formes et de mieux comprendre l'ordre urbain se réorganise à chaque fois avec ses propres logiques. En scrutant ces formes marginales, l'exposition entend interroger la norme. Si le contenu de l'exposition est original, il faut reconnaitre que l'exposition ne serait pas davantage qu'une exposition panneaux sans l'intervention scénographique qui rend l'ensemble attrayant. Le collectif 1024 signe du reste son travail comme une installation artistique cinétique et non comme une scénographie !

lundi 8 août 2016

Le Grand orchestre des animaux

Etonnante exposition à la Fondation Cartier pour l'art contemporain qui après l'ethnographie investit le terrain des muséums d'histoire naturelle. On se demande ce que l'art contemporain ne finira pas par engloutir, en artialisant tous les domaines. Peu importe dans la mesure où cela permet de sensibiliser de nouveaux publics. Bernie Krause réalise des paysages sonores en enregistrant les sons émis par la nature et constate sur le long terme la perte de la biodiversité par les sons. Intéressante démarche dont on ne sait si elle est plus artistique que scientifique et que la Fondation met en scène en l'accompagnant d'autres approches artistiques sur la nature. L'oeuvre de Cai Guo-Qiang est assez impressionnante et le mode de présentation choisi par les scénographes n'y est pas pour rien. On ne commentera pas d'autres oeuvres assez kitsch ou indigentes, comme les céramiques d'Adriana Varejao qui invente un concept mis en oeuvre par Beatriz Sauer, la véritable artiste. On appréciera seulement l'honnêteté si rare dans l'art contemporain désormais de mentionner ceux qui réalisent vraiment le travail voulu par "l'artiste". L'exposition est assez disparate, les films sur les oiseaux artistes captivent le public, peut-être cela donnera envie à certains de poursuivre en se rendant dans les muséums où l'on peut voir fréquemment ce type de films !

vendredi 5 août 2016

Le Parlementairum

A l'heure où l'Europe est incertaine, il n'est pas inintéressant de revenir sur son histoire et de mieux comprendre ses institutions. Au sein des bâtiments du Parlement dans le quartier européen de Bruxelles, le Parlementarium propose une exposition assez astucieuse et plutôt bien conçue. De bonnes idées de mise en valeur y sont présentes, même si l'interactivité et le jeu avec les visiteurs auraient pu être avantageusement développés. Evidemment, on n'y trouvera aucun discours critique, et il est dommage que le débat n'y soit pas davantage à l'oeuvre. Le lieu prône la démocratie, mais n'invite guère les visiteurs à débattre des enjeux. Tous les témoignages et exemples sont très positifs, alors que l'on sait toutes les critiques courantes dont l'Europe fait l'objet dans tous les pays. Il est dommage que l'occasion ne soit pas ainsi saisie pour débattre, même s'il est fort intéressant de mieux comprendre pourquoi et comment nous en sommes arrivés la.

mercredi 3 août 2016

The Velvet Underground, l'expo

L'exposition présentée à la Philarmonie de Paris durant l'été, The Velvet Underground permet de découvrir la petit dizaine d'années où ce groupe a sévit et connu ses heures de gloire. En six étapes, le parcours oriente le visiteur depuis les prémisses de la Beat Generation jusqu'aux descendants du groupe et à ses influences. La jeunesse de Lou Reed et de John Cage, la vie à New York et les années à La Factory, puis les différentes variations musicales explorées. On comprend combien le gourou Andy Warhol et le tyrannique Lou Reed ont eu d'importance dans l'évolution éphémère de ce groupe improbable. La scénographie de Matali Crasset décline les personnages, à partir d'ingénieux totems, sur lesquels sont disposés des informations dans des cahiers souples absolument malcommodes. Belle exposition qui mérite le détour, que l'on soit fan ou pas du groupe.

lundi 1 août 2016

Train World, le parc musée du train belge

Un nouveau musée à Bruxelles, dénommé Train World dans le quartier de Schaerbeeck au sein de l'ancienne gare, au demeurant magnifique. La scénographie de François Schuiten est réussie pour créer des ambiances immersives. Dans son style, le lieu est réussi, on y découvre de vastes espaces dans lesquels les sujets traités sont contextualisés et mis en valeur. Evidemment les collections sont imposantes et les trains présentés permettent de se familiariser avec l'histoire des chemins de fer belges. Quelques belles idées de mises en scène sont à apprécier, au gré d'un parcours distrayant. Il est encore trop tôt pour savoir si le public sera au rendez-vous puisque l'endroit est un peu éloigné du centre de Bruxelles, mais c'est un endroit agréable de visite.

Une erreur est survenue dans ce gadget