CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: Wim de cochonnailles en cochonneries
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

samedi 17 janvier 2009

Wim de cochonnailles en cochonneries

Sensations à la galerie d’art de l’UQAM  de Montréal où l’exposition de l'artiste belge Wim Delvoye présente sa nouvelle machine à fabriquer de la merde, Cloac n°5, comme une célèbre marque de parfum. La chose pourrait avoir toute sa place dans une exposition de sciences comme performance technique, mais c'est ici pleinement le caractère artistique qui est revendiqué. “Beau monde au vernissage qui vient acclamer la prouesse comme au lever du roi les courtisans admiraient le pot de chambre”, remarque avec malice un des convives un brin critique ! Subtile alchimie qui transforme de fins mets préparés savamment par de grands chefs en étrons plus ou moins bien digérés, et la bonne société de s’ébaudir en choeur. L'allégresse est générale,  réveillant peut-être les pulsions les plus primaires de l’Homme. La conservatrice  s’extasie après quelques temps de digestion : “ça y est la machine l’a faite !”, comme ces jeunes mères qui montrent les couches du dernier né avec fierté.

Ce qui est étonnant ce n’est pas l’idée provocatrice de l’artiste qui nous a habitué à de telles facéties, et qui au final ne fait que refléter la production de merde généralisée de nos sociétés, visible dans l’alimentation, en architecture ou en art, c’est la complicité d’un monde qui comme dans les comédies de Molière est prêt à avaler n’importe quoi du moment qu’on le justifie par une savante prosodie, en convoquant si possible Foucault, Lyotard, Derrida ou quelques autres. C’est fou ce que les intellectuels peuvent servir de caution dans l’art contemporain pour nous faire gober n’importe quoi quitte à ce que l’on fabrique ensuite de la merde intellectuelle avec.  Quand à l’art lui-même cela fait longtemps déjà qu’on a tiré la chasse !

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget