CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: Intrus / Intruders au Musée national des beaux-arts du Québec
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

dimanche 8 février 2009

Intrus / Intruders au Musée national des beaux-arts du Québec

Derniers jours de cette très intéressante exposition développée dans les espaces permanents du musée avec des interventions d’artistes contemporains qui viennent assumer un dialogue avec les oeuvres habituellement présentées. Comme Marie-Laure Bernadac le propose régulièrement dans les collections du Louvre, il s’agit de faire se télescoper les époques. Parmi les réalisations remarquables celle de Adad Hannah qui mêle à l’accrochage des tableaux des vidéos de regardant regardés. Les installations de Catherine Sylvain dans les collections d’art sacré, celle de Carlos et Jason Sanchez qui propose un baptême ambigu, ou encore Yannick Pouliot et Daniel Faubert parmi les oeuvres de Riopelle, de Jana Sterbak qui interpelle la conscience écologique et la fonte de la banquise dans les collections d’art inuit, autant d’oeuvres parmi les quelques 25 présentées qui interpellent le visiteur. 

Un très luxueux catalogue édité à l’occasion garde en mémoire cette forte exposition et propose d’audacieux grands formats. Raymond Montpetit et Yves Bergeron signent un texte sur l'accrochage d'art contemporain dans les expositions d'art, ainsi qu'une étude sur la réception de l'exposition. Chose rare, le catalogue comporte un CD avec les principaux résultats de l’enquête de public conduit pendant l’exposition. La réception ne semble plus poser d’énormes problèmes, les visiteurs s’étant habitués au métissage des arts, et l’intérêt est évidemment de convier ce faisant de nouveaux publics dans les salles permanentes. 

Il est malheureux que nous ne pouvions pas présenter ici de clichés, la photographie étant interdite dans les salles du musée, selon cette nouvelle maladie de beaucoup de musées. 

http://www.mnba.qc.ca/expo_intrus.aspx 

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget