CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: décembre 2009
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

jeudi 24 décembre 2009

Evaluation ?

Dernier numéro de La Lettre de l'OCIM, consacré à l'évaluation : au sommaire :

L’observation du Patrimoine et de la Culture Scientifiques et Techniques : un défi collectif et un nouveau chantier pour l’OCIM, Louis-Jean Gachet

Évaluation muséale : Hermès ou les contraintes de la richesse , Joëlle Le Marec et Serge Chaumier

Genèse de l’Observatoire du Patrimoine et de la Culture Scientifiques et Techniques , Florence Belaën

Entretien avec René Rizzardo

Une culture scientifique et technique au service d’une co-construction des savoirs , Jean-Pierre Cordier, Séverine Dessajan et Jacqueline Eidelman

Témoignages de pratiques d’évaluation et entretiens avec des professionnels de l’évaluation

mercredi 16 décembre 2009

De Gaule nous poursuit !

Après l’Historial aux Invalides, lieu à découvrir pour sa scénographie originale, le Mémorial à Colombey-les-Deux-Eglises ne démérite pas, loin s’en faut. Le discours est assez similaire de part et d’autre, évidemment hagiographique et consensuel, on ne peut s’attendre à autre chose. Ce qui importe là, c’est la manière dont les choses sont abordées. Si l’exposition de Colombey est forte sur sa seconde partie, elle est plus molle sur le départ, notamment avec le passage obligé par l’enfance du grand Chef et son attachement à une terre nourricière. Nourriture de l’esprit et lieu de retrouvailles avec soi-même et les siens, car les origines familiales n’y sont pas du tout implantées. Peu importe, c’est un bel exemple de centre d’interprétation, avec son recours à différents registres pour entretenir d’une époque et de l’histoire d’une vie, qui concerne et implique le pays tout entier. La muséographie et la scénographie y sont mieux abouties que dans l’exemple parisien. Dans les deux cas de figure les moyens n'ont pas du manquer...


dimanche 6 décembre 2009

Le cas Alan Fleischer

Ce créateur doit entretenir des ateliers clandestins d’artistes, outre son école du Fresnoy où s’exerce les jeunes talents européens. Ce n’est pas humainement possible toute cette production artistique, en littérature, en arts plastiques, en audiovisuel..., ajoutés au montage de projets, de commissaires d’expositions, en plus de ses fonctions de directeur d’une école pour artistes. Cela est diabolique ! L’exposition Choses lues, choses vues, présentée à la BNF rue Richelieu, si elle reprend en partie le principe de Sophie Calle (exposition présentée dans le même lieu), celle de Fleischer soufre de paradoxes, comme le fait de parier sur l’audiovisuel pour inviter à la lecture qui nécessite recueillement et temps long, mais elle est malgré tout réussie. Une belle prouesse qui fait alterner les extraits lus par des comédiens que l’on écoute individuellement et des séquences collectives qui explore le thème de la lecture. Des interprétations multiples. Jusqu'au 31 janvier 2010.

Voir la vidéo sur l'exposition ici.

Une erreur est survenue dans ce gadget