CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: Les manuscrits de la discorde
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

samedi 27 novembre 2010

Les manuscrits de la discorde

Michel Guerrin dans Le Monde daté du 25 novembre revient sur la question des restitutions au travers de l'exemple des manuscrits coréens détenus par la Bibliothèque Nationale de France depuis qu'ils ont été pillés par la marine française en 1866. Depuis des années, la Corée du Sud demande la restitution de ce qui est considéré en Corée comme un trésor national. Nous avions compris la portée symbolique, mais aussi la charge émotive qui entourait cette demande de restitution et l'attachement à ces biens lors d'un voyage en Corée il y a deux ans, plusieurs personnes s'en étant alors émus. Qui connaît vraiment ces manuscrits en France ? Est-ce une raison pour que Nicolas Sarkozy promette une restitution en marge d'un sommet ou entre deux négociations commerciales, sans même prendre l'avis des experts ? (Le Monde du 13 novembre). Jack Lang peut bien inventer une distinction entre patrimoine universel et bien entrant dans le domaine de l'identité nationale (tribune du 18 novembre), tout cela est assez fumeux (autant que cette notion même d'identité nationale !!), comment et qui fera la distinction entre les biens détenus par les musées ? Il serait plus raisonnable de prendre en compte la situation et de se demander si ces objets ne seraient pas mieux conservés et mieux valorisés par un pays qui, bien qu'équivalent à la France en nombre d'habitants se trouve être bien plus riche, et donc mieux doter pour entretenir son patrimoine... Longtemps l'argument de la conservation a été mis en avant pour s'opposer aux restitutions, les musées non occidentaux n'étant soit-disant pas assez bien dotés... Cet argument était dangereux, aujourd'hui il s'inverse. Les musées sud-coréens sont non seulement magnifiques, mais ils sont fréquentés par la population, et surtout la jeunesse, comme nul musée européen... Bref, l'affaire est loin d'être simple... Ne faudrait-il pas condamner les restitutions dont on voit bien la boite de pandore qu'elles ouvrent et en même temps prendre la mesure de cette demande ? La solution du prêt est évidemment très contestable par son hypocrisie, mais ce n'est peut-être pas idiot. Après tout en classant le patrimoine comme mondial justement, il est affirmé qu'il appartient à tous, et par conséquent tous sont susceptibles de l'entretenir. Ne faudrait-il pas proposer que ce soit le projet de valorisation proposé qui décide de celui qui va le mettre en oeuvre ? Car depuis 1866, qu'est-ce que la France a fait pour ces manuscrits ? Nous ne doutons pas que la Corée dispose d'un meilleur projet...

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget