CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: Babel + Fables = Bravo
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

vendredi 12 octobre 2012

Babel + Fables = Bravo

Le musée des beaux arts de Lille n'offre pas une exposition géniale, mais deux à l'occasion de Fantastic. Car très peu d'expositions dans le domaine des beaux arts sont aussi bien conduites, avec un vrai propos et une scénographie qui fait sens. Babel propose une métaphore au travers d'une proposition visuelle forte, mais surtout avec un parcours en quatre étapes qui structure clairement le propos et donc la compréhension par le visiteur. Les oeuvres présentées y sont judicieuses et l'on y fait de belles découvertes. Preuve s'il le fallait que l'on peut concevoir une exposition d'art à partir d'un discours construit et d'un véritable scénario et que cela n'est pas le fait des seuls musées de science et de société...  On explore ici le mythe, dans ses différentes facettes, avec des oeuvres qui y font écho parfois de manière étonnante. Le concepteur choisit de les faire parler et on les voit alors autrement qu'on l'aurait fait en les voyant dans une galerie. Tout l'art de l'exposition se révèle alors. Bien des conservateurs de musées d'art devraient venir voir cette exposition... On appréciera aussi le catalogue qui réserve de très beaux textes, dont l'un de Jean-Marie Dautel sur ce qu'exposer veut dire. Une initiative suffisamment rare pour être soulignée.
Fables du paysage flamand parait de prime abord plus sage et plus consensuelle, mais elle n'est pas moins structurée, et fait écho en quatre portions qui forment une totalité dans l'espace. Son plan d'exposition original avec un chemin de vie qui coupe l'espace entre monde fantastique et monde merveilleux ressemble au découpage d'un monde parfait, où le cercle s'inscrit dans le carré et détaille ses quartiers de diableries. Les oeuvres sont étranges, fortes, étonnantes, et nous envahissent comme des sorts dans ce pays incertain. C'est très cabalistique et là encore, la scénographie est judicieuse pour exprimer cela. Deux expositions que l'on prendra grand plaisir à revoir.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget