CayVpNAT7ml2gRzbwqbd/1MvPCt81BAtirczG/NTy3s= MuséoGraphie-MuséoLogie: janvier 2012
La Formation en muséologie :

Vous êtes intéressés par une formation initiale ou par la formation continue en muséologie et muséographie ? La formation MEM : Master Expo-Muséographie, en conception des expositions de l'Université d'Artois est faite pour vous !

Voir les renseignements :

ou sur le site de l'Université : (document à télécharger colonne de droite) ou sur ce lien.

Master MEM

vendredi 27 janvier 2012

Musées (em)portables

Une fois n'est pas coutume, citons un article du Figaro ! Il rend compte du prix du Sitem décerné aux musées (em)portables. Intéressante initiative qui consiste à inviter les visiteurs à réaliser des films avec leurs portables et à les partager. Belle appropriation des musées par les visiteurs, et notamment, à l'instar de ce premier prix, des jeunes entonnent un rap franco-espagnol au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon. C'est étonnant, et l'on ne sait au premier abord ce qu'il faut en penser, tant le sujet est délicat, mais c'est peut être une manière différente de sensibiliser. Pourquoi ne pas admettre que l'on puisse développer de nouveaux rapports aux lieux, de nouveaux regards ? En tous les cas, l'exercice est intéressant dans ce qu'il signifie des nouvelles approches, participatives et investies des lieux de culture. Loin des institutions repliées sur elles-mêmes, l'exercice invite pleinement à penser le musée comme un lieu d'inventivité et de nouvelles pratiques. "Une nouvelle culture", pour citer Bernard Deloche.

La Franche-Comté se distingue par le premier et le quatrième prix, celui attribué à Yvain Reydy pour Les Tribulations d'un rouleau de scotch au musée, au musée de Dôle, que nous apprécions particulièrement, et que l'on pourrait dédier à Thomas Hirschorn ! Mais quand même, nous, notre préféré, c'est Mosquito... à découvrir...


samedi 21 janvier 2012

Bêtes Off

Très belle exposition présentée à la Conciergie à Paris après l'avoir été dans plusieurs sites gérés par le Centre des Monuments nationaux. Bêtes Off rassemble une belle anthologie d'artistes contemporains s'attaquant à la question animalière. Claude d'Anthenaise, le conservateur talentueux du musée de la Chasse et de la nature, assisté de Raphaël Abrille sont les commissaires, et signent une proposition qui trouve un beau succès auprès du public. Certes, il y a bien quelques grincheux qui, venus pour voir le bâtiment, protestent dans le Livre d'or, comme à chaque fois qu'il s'agit de faire vivre un lieu en lui trouvant d'autres fonctions que lui-même. Pour les autres, ils s'étonnent, admirent, s'amusent et s'enthousiasment en découvrant par exemple le repas singulier de Greta Alfaro, pour ne pas évoquer celui de Isabelle Lébvénez, les installations étranges de Nikolay Polissky ou encore l'esprit de la baleine illustré par Julie Faure-Brac différemment de Christian Gonzenbach. C'est plus de 50 oeuvres qui dialoguent et se télescopent (parfois un peu trop quand l'accrochage est peu élégant). Par dessus tout notre enthousiasme va à Claire Morgan avec Here is The End of All Things. Magnifique.

A voir jusqu'au 11 mars.

jeudi 19 janvier 2012

Nouveau manuel de Conception des expositons

Vient de paraitre un nouveau manuel de conception des expositions que nous venons de lire. Signé par Pam Locker, professeur à l'Université Lincoln au Royaume-Uni. Nous sommes toujours heureux de découvrir des nouvelles publications en muséologie. D'un très bel aspect, richement documenté, avec des photographies de qualité, agréablement mis en page, le livre est d'une très belle facture. Il est très attractif. Toutefois, le problème réside dans la traduction et de ne pas réellement correspondre aux réalités des métiers tels qu'ils se développent localement, notamment en France. Outre que ce manuel parait très flou, dans sa démarche méthodologique et qu'il semble assez peu structuré dans son développement, il tend à confondre, comme c'est souvent le cas, - et comme nous avions déjà pu le déplorer déjà pour l'ouvrage Scénographie d'exposition de Philip Hugues - les concepts de muséographie et de scénographie. Il est frappant que le glossaire de fin d'ouvrage ne comporte ni le terme de muséographie, ni de muséologie, ni de scénographie, pas même de programme, d'avant projet sommaire ou d'avant projet définitif... Autant de termes usités en France, alors que l'ouvrage utilise le terme anglo-saxon de Brief ! C'est évidemment un problème que de voir un ouvrage traduit sans aucune prise en compte de la réalité professionnelle hexagonale, et plus largement francophone. Plus grave, le présent ouvrage s'intéresse beaucoup aux manières de présenter, mais assez peu à la construction intellectuelle qui devrait présider à la mise en exposition. Cela nous parait d'autant plus dommageable que c'est là un travers trop fréquent dans les institutions. On peut rester très dubitatif sur l'intérêt de cette publication qui cède souvent à l'anecdotique.

mardi 17 janvier 2012

Paris sur grand écran

Magnifique dispositif, simple par sa présentation, mais impressionnant par sa réalisation, le Pavillon de l'Arsenal présente un multimédia sur Paris, qui est assez fascinant. Paris, la métropole et ses projets. Informations sur les projets d'urbanisme et architecturaux, mais survol aussi pour le simple plaisir des quartiers et découverte des aménagements. Ce projet soutenu par Decaux et Google composé d'environ cinquante écrans donne une vision de la capitale que l'on peut admirer depuis la mezzanine du Pavillon. Une présentation plus classique de trente projets de constructions de logements à Paris sont présentés à l'étage avec les différents concurrents. Au total environ 120 projets à comparer, de quoi nourrir tous les amateurs du genre.

A voir la remarquable vidéo de l'installation.

mardi 10 janvier 2012

3 grâces à Orsay...

Sur Louvre pour tous, (relayé sur le groupe Orsay Commons), Bernard Hasquenoph a raison d'attirer l'attention sur ce coup de pub. Prenant la logique de la performance, du happening, ou encore de la logique militante des actions surprises (style Greenpeace !), 3 mannequins surprennent les visiteurs d'Orsay en se mettant en petites culottes au sein des expositions. On se rappelle les mouvements de par le monde où l'on se met tout nu en guise de protestation. Voilà de la belle récupération par le système des actions de contestation, du Debord dans le texte. Outre que la vidéo montre une intervention très mauvaise, aucune réflexion sur les attitudes et les comportements qui auraient pu avoir peut-être un sens dans ce lieu où la représentation du corps dévêtu est omniprésente, il faut surtout noter que c'est ici de la pub pour une marque de lingerie célèbre qui l'affiche ainsi sur son site officiel. Bref, le musée d'Orsay pourrait réagir face à ce qui est une forme de publicité intrusive ou clandestine, sauvage, à moins que le musée ait donné son accord ? En tous les cas, c'est assez étonnant de voir qu'une marque peut filmer dans le lieu, et s'en servir pour ses bases besognes de réclames, mais que de simples visiteurs n'ont pas le droit de photographier dans ce musée !

lundi 9 janvier 2012

Mémoires du futur, la collection Olbricht

Très belle exposition, originale et troublante, La Maison Rouge propose de découvrir la collection de Thomas Olbricht, médecin allemand, qui a accumulé depuis vingt-cinq ans une formidable collection où se mêle l'art ancien et l'art contemporain. Cette façon de faire dialoguer les oeuvres du XVIè siècle, les Dürer par exemple, avec les propositions des artistes actuels est des plus passionnante. Non seulement cela témoigne d'une cohérence de collection, qui au travers des 2500 pièces acquises, revisite des thèmes intemporels, la mort, les naturalia, la vanité et la violence, les natures mortes, et les inévitables cabinets de curiosité, les figures religieuses, mais les rapprochements sont souvent troublants laissant presque à penser qu'il s'agit d'oeuvres de commande pour interpréter des oeuvres anciennes. Ainsi cette série Les Grandes Misères de la Guerre de Jacques Callot de 1633 revue par l'artiste suédoise Johanna Karlsson. La vidéo d'Antoine Roegiers à partir des gravures de Pieter Brueghel l'Ancien est captivante et souvent drôle. Elle pose aussi la question sensible d'une oeuvre médiatrice, à la fois artistique et culturelle. C'est le grand intérêt de cette exposition que de donner à découvrir des artistes peu connus en France. La liste des oeuvres et des artistes présentés est impressionnante. A voir très rapidement avant le 15 janvier.

dimanche 8 janvier 2012

Atelier photo au musée

Les jeunes ont de la chance ! Si vous avez entre 14 et 17 ans, l'Apple Store du Louvre vous propose un atelier photo en partenariat avec le musée du Louvre : vous prenez des photos au musée et ensuite vous apprenez à les retoucher et à créer vos albums avec les animateurs du magasin. Renseignement sur le site de l'Apple Store carrousel, dans les ateliers.

Prochain atelier le mercredi 11 janvier à 14h.
Une façon d'apprendre à regarder en cadrant et en cherchant les points de vue originaux, bref de développer la créativité au musée...
Et dire que pendant ce temps là, d'autres musées comme le voisin Orsay interdit la pratique de la photo dans ses salles pour mieux permettre la contemplation ! Et dire surtout que celui qui se rêve déjà en futur ministre de la culture d'un gouvernement de gauche, Christophe Girard, se prononce dans un livre récemment publié pour l'interdiction de la photo au musée. Un vrai progressiste !

samedi 7 janvier 2012

De la gratuité des musées

Lu dans les pages Débats du Monde du 4 janvier, une contribution des GRECs, Groupe d'études et de recherches sur la culture, réunissant des fonctionnaires travaillant dans le domaine culturel, intitulé Pour une autre politique culturelle visant à formuler des propositions en la matière. Au vu des idées énoncées dans l'article, il n'y a pas de révolution en perspective à attendre avec un éventuel retour de la "gauche" aux prochaines élections si ce sont les fonctionnaires qui inspirent les politiques !

Cependant une mention sur les musées peut nous faire bondir, elle vilipende "la coûteuse gratuité d'accès aux musées nationaux qui selon toutes les évaluations n'a pas permis de diversifier la fréquentation"... Et qui remplacerait "la politique des publics". Pourtant on peut s'interroger : la mise en place de la gratuité n'est-ce pas justement une mesure de politique des publics ? Mais ce n'est pas le plus grave, le problème sur le fond c'est que les études conduites démontrent au contraire l'efficacité et la diversification. Il faudrait pour l'admettre prendre la peine de lire les études existantes (rapportées par Jacqueline Eidelman, Claude Fourteau...) plutôt que de répéter les idées convenues de certains économistes de la culture, aux affirmations plus idéologiques que scientifiques, et qui n'ont réalisé eux aucune étude de terrain mais qui occupent les médias pour ressasser ce que beaucoup de conservateurs se plaisent à croire.

Une erreur est survenue dans ce gadget